Notre histoire

La partie sud de l’Ouest-de-l’Île a traditionnellement été considérée comme un secteur « bien nanti » et ses besoins en développement social n’ont jamais été reconnus.  Bien que l’Ouest-de-l’Île a les caractéristiques d’une banlieue aisée, elle a aussi des quartiers vulnérables et des problèmes sociaux importants.  Cette réalité est évidente dans plusieurs secteurs tels que Pointe-Claire, Dorval, Kirkland et Sainte-Anne-de-Bellevue où on y retrouve des poches de pauvreté. Il est alors possible de parler de pauvreté cachée et disparate partout sur le territoire de l’ouest-de-l’Ile.

  • Au moins 9 000 personnes vivent sous le seuil de la pauvreté et plusieurs autres à faibles revenus. Ces personnes peinent à joindre les deux bouts et ont besoin de services et de soutien.
  • Près de 70% des ménages sont des familles avec enfants, comparativement à 63% pour l’Île de Montréal.
  • Il n’est donc pas surprenant que 46 246 jeunes âgés entre 5-19 ans y vivent, représentant 22% de la population totale (versus 16% à Montréal)[1].
  • 13% de la population a un handicap, comparé à 8% à Montréal[1].
  • Dû au transport en commun déficient et le fait que plusieurs personnes âgées vivent encore à domicile, le risque d’isolement et de vulnérabilité augmentera avec la croissance prévue de la population des aînés.

C’est dans cet ordre d’idées que plusieurs acteurs du milieu ont décidé de se réunir et de mettre en place une structure de concertation permettant de pallier à plusieurs enjeux vécus par la population du sud de l’Ouest-de-l’Île.

Le choix d’une table de quartier est apparu logique et essentielle. Une entité transversale et multiréseau est primordiale lorsqu’il s’agit de regrouper les forces vivent du milieu, construire une vision globale des enjeux locaux et arrimer les efforts et les actions visant l’amélioration des conditions de vie, et ce, surtout dans un contexte de 7 villes liées.  


[1] Statistique Canada, Recensement 2006

[2] Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys et Lester B Pearson, 2010

[3]Statistique Canada, Recensement 2006 et 2011 (CO-1326_T02)

[4] Institut de la statistique du Québec, version janvier 2010, MSSS

Laisser un commentaire